Le meilleur du pire de la junk food en 10 aliments

Mis à jour : juil. 20

1. Les céréales du petit déjeuner On leur reproche leur apport élevé en matières grasses et en sucre (notamment du sirop de glucose-fructose). Le même constat s’applique d’ailleurs aux barres chocolatées du petit déjeuner. Il en est de même pour le pain de mie industriel qui peut être jusqu’à 50% plus salé qu’un paquet de chips de 25g.



2. Le cacao en poudre On lui reproche sa trop forte teneur en sucre. Même si le marketing vante un petit déjeuner équilibré complet, ces poudres chocolatées contiennent pourtant souvent des quantités énormes de sucre (80 %)et font peu de place au cacao en lui-même. En avalant un bol de 200mL composé de certains cacao en poudre, l’apport maximal autorisé dépasserait de 30% dans le cas d'un enfant de moins de 6 ans.

3. Les bouillons cubes On leur reproche une teneur trop élevée en sel et en additifs : des exhausteurs de goûts (les E6) tels que le glutamate monosodique, le guanylate disodique (E627) et l’inosinate disodique (E631). Un demi-cube de bouillon déshydraté couvrirait 20% de l’apport maximal en sel recommandé par l’OMS. Sans parler de leur teneur en sucre.



4. Les yaourts aux fruits On leur reproche, qu'ils soient avec ou sans morceaux de contenir de nombreux additifs, pourtant interdits dans le yaourt. La plupart du temps, il s’agit de colorants (E1), d’épaississants (E4), de correcteurs d’acidité (E5), de conservateurs (E2) ou encore d’arômes artificiels. Ils sont en fait ajoutés par le biais de préparations extérieures au laitage en lui-même.

5. Les aliments végétariens tranformés

L plupart des produits végétariens/végétaliens/véganes se composent d’ingrédients permettant de leur donner l’aspect d’un produit similaire carné. Cela passe par l’usage d’additifs, de texturants, d’arômes, de matières grasses, de sucre et de sel.

Comme pour le reste, choisissez les produits qui n’ont pas des listes d’ingrédients à rallonge.



6. Les produits light

Le « zéro sucre » n’est pas sans reproche avec ses additifs et ses édulcorants dangereux qui développeraient une addiction au sucre. On en dénombre trois principaux.

L’additif E150d présente un risque cancérogène, l’acésulfame K et l’aspartame sont également à éviter.



7. Les aliments « sans sucre » ou « sans gluten » On leur reproche une moindre qualité comparativement aux produits classiques. Les aliments allégés en sucre, pauvres en matières grasses ou sans gluten contrebalancent les ingrédients absents par d’autres, et peuvent contenir des additifs. Ainsi, les matières grasses ou l’aspartame vont remplacer le sucre et le sucre va remplacer le sel.



8. Les nouilles instantanées On leur reproche leur quantité d’additifs (arômes, exhausteurs de goût, glutamate monosodique) et leur usage du marketing vendant des recettes « riches en légumes » mais dont les étiquettes présentent moins de 1% de végétaux des ingrédients.



9. Les produits apéro

On reproche aux produits « reprends-en une plus grosse poignée » une quantité anormalement élevée en sel. Aromatisés, frits, soufflés, ce sont également les champions en terme d'additifs alimentaires. Les chips seraient la championne des championnes.



10. Le ketchup On reproche à la bouteille de ketchup sa quantité de sucre, à savoir 22g de sucre pour 100g de sauce, soit environ trois morceaux de sucre par portion.

On peut l'expliquer par sa formule hyper acidifiées pour lui permet de les conserver longtemps.

303 vues

 (+972) 50 307 6126

(+33) 1 77 5O 84 OO

                                                                      laurenazoulay@me.com